Les CAFards

Collectif de chômeurs et précaires à Montreuil

Archive for the ‘Grève des Chômeurs’ Category

Matérialisation de chômeurs à la plate-forme téléphonique de Pôle emploi

leave a comment »

Ce matin mercredi 12 mai 2010, nous étions une vingtaine de précaires, intermittents de l’emploi et autres chômeurs en grève à occuper la plate-forme téléphonique du « 39 49 » de Pôle Emploi, au 480 Clos de la Courtine, à Noisy-le-Grand en Seine-Saint-Denis. Nous avons commencé à débattre avec les salariés embauchés pour faire fonctionner cette machine kafkaïenne. Ici au nombre de 120, ils sont principalement chargés des inscriptions (et non de l’ouverture de droits, qui ne concerne d’ailleurs que la moitié des chômeurs) au moins pour toute l’Ile-de-France. Peu de temps après notre arrivée, les employés ont arrêté de travailler et la direction leur a ordonné de quitter les locaux, coupant court à toute discussion collective avec les salariés. Exactement comme dans les Pôle Emploi qui ferment leurs portes dès que des chômeurs viennent s’y exprimer et y agir autrement que comme des individus isolés.

Nous avons cherché à contacter le directeur régional, Raymond Lagré, pour le sommer de répondre à la série de questions suivantes :

  • Pouvez-vous confirmer la suppression du suivi mensuel personnalisé à la fin du mois de mai ?
  • Quel nombre de radiations a eu lieu en Ile-de-France sur l’année 2009 et pour quels motifs ?
  • Combien y-a-t-il de sous-traitants privés (spécialisés dans le coaching, les stages de motivations,…) ? Pouvez-vous nous donner la liste de ces entreprises ainsi que le budget qui leur est consacré ?
  • Y-a-t-il une directive interne qui oblige les directions des agences de Pôle Emploi d’appeler la police dès que des chômeurs et allocataires viennent faire valoir le droit d’information aux usagers ?
  • Y-a-t-il une directive interne qui officialise la présence de vigiles à l’entrée des Pôle Emploi et qui les charge de faire le tri parmi les chômeurs et les allocataires ? (comme à l’antenne Kléber de Montreuil où les vigiles disposent désormais d’un cahier avec la liste nominative des chômeurs et allocataires sectorisés dans cette antenne). Combien coûte l’emploi de ces vigiles ?
  • Combien coûte l’installation des lampes bleues en Ile-de-France ?
  • Comment le plan de rigueur gouvernemental va-t-il se traduire pour les usagers de Pôle Emploi ?

Vers 16h, le directeur de cabinet de M. Lagré, M. Baillot est venu rejoindre les quelques flics présents en bas de l’immeuble. Il a refusé de nous rencontrer dans les locaux pour répondre à nos questions. Nous avons alors décidé de le rejoindre au bas de l’immeuble, ainsi que les salariés en chômage technique. Là aussi, il a refusé tout dialogue, précisant ne s’être déplacé que « pour prendre des nouvelles de ses collègues » et « constater que le droit de retrait des salariés avait bien été appliqué ». Mais au fait, c’est quoi un droit de salarié imposé par une direction ? [Maintenant vous partez, rentrez chez-vous ! intimait une cadre de la plate-forme]

En tous cas, cette obligation d’éviter tout contact avec les chômeurs grévistes est parfaitement cohérente avec la « révolution managériale » qui partout passe par un vaste processus de dématérialisation et d’informatisation. Plus nous sommes « dématérialisés » par Pôle Emploi (à travers internet, le téléphone ou les portes fermées), moins nous avons d’espace pour nous rencontrer et lutter contre les injonctions qui nous sont faites.
Aujourd’hui, nous nous sommes matérialisés là, en chair et en os, nous avons cessé de n’être que des dossiers, des chiffres, en somme des « D.E ». Car nous ne pouvons être réduits à des « demandeurs d’emploi », des victimes en manque de travail. Nous pouvons aussi bien user individuellement et collectivement du chômage pour résister à la mise au travail forcé, pour repousser les injonctions à l’adaptation à la conjoncture économique.

Ni travail forcé Ni culpabilisation Ni management
Vive la grève des chômeurs !

Publicités

Written by cafard93

12 mai 2010 at 1:56

Mobilité européenne

leave a comment »

« À l’occasion de la fête de l’Europe 2010, la ville de Montreuil sera en ébullition le samedi 8 mai…
la construction européenne sera célébrée cette année autour du thème symbolique de la mobilité.
Ville aux 90 nationalités, qui a accueilli de tous temps des migrants de toutes origines,
Montreuil est elle-même une belle illustration vivante de la mobilité…»

La mobilité européenne, c’est se faire accueillir à bras ouverts dans une prison appelée « centre de rétention administrative ». C’est mourir dans une barque de fortune pour se rendre jusqu’aux portes de la « civilisation ». Et pour ceux qui survivent, c’est se faire arrêter par la nouvelle police privée européenne : « Frontex ». La mobilité du travailleur européen, c’est se faire licencier et se voir proposer, dans le cadre d’un plan de reclassement, de travailler en Pologne pour un salaire de misère. La mobilité en France, ça signifie être contraint par « l’offre raisonnable d’emploi » d’accepter n’importe quel boulot quelle que soit la distance de son lieu d’habitation, sous peine d’être radié et de perdre ses allocations. C’est ne pas avoir les moyens de prendre les transports pour aller visiter ses amis lointains. Et se faire tracer dans ses déplacements quotidiens par le pass navigo. C’est entendre à la CAF, lorsqu’on vient d’un autre pays de la «communauté » : « Si vous n’êtes pas content, rentrez chez vous ».

À Montreuil, quand on a pas les bons papiers, c’est rentrer directement au foyer après le boulot par peur de se faire arrêter pour contrôle d’identité. C’est occuper sa boîte d’interim jours et nuits pendant 6 mois pour que son patron daigne lâcher le papier qui ouvrirait à la régularisation. Quand on est Rrom, sans droit de travailler ni la moindre allocation, c’est habiter dans un camp vigilé aux bons soins de la mairie qui interdit à toute personne extérieure de rentrer (on appelle ça « maîtrise de l’oeuvre urbaine et sociale »). C’est se faire expulser par la police d’un coin de trottoir à un autre sous prétexte de désinfecter la rue. Parce qu’un camp de Rroms ça fait tâche devant le salon du livre…

La liberté de circulation en Europe, c’est celle des étudiants Erasmus et des cadres dynamiques ; celle des touristes qui pourrissent tout sur leur passage. C’est la liberté de circulation des marchandises humaines, en fonction des intérêts du moment.

Nous voulons décider nous-mêmes de notre mobilité

GRÈVE DE LA MOBILITÉ !
LIBERTÉ DE CIRCULATION ET D’INSTALLATION !

NOUS SOMMES TOUS DES CHÔMEURS GRECS

RDV demain dimanche à 16h à l’entrée de la rue piétonne (rue du Capitaine Dreyfus m° Croix de Chavaux) pour partir en fanfare et en déambulation jusqu’à la place de la Fraternité (m° Robespierre).

Vendredi 14 mai : RÉUNION PUBLIQUE À 19H À LA BOURSE DU TRAVAIL DE MONTREUIL, Métro Croix de Chavaux. «Chômer et s’organiser à Montreuil, perspectives pour une grève des chômeurs et précaires.»

VIVE LA GRÈVE DES CHÔMEURS! Avec ou sans papiers, chômeurs des banlieues, jeunes sans allocations, étudiants en intérim, auto-entrepreneurs en faillite (existentielle), révoltés au RSA (Rage System Against), courreurs d’intérim à bout de souffle, avec ou sans logement, salariés au lance-pierre, trimards de l’associatif, managés au affects, relookés au flasball, ouvriers du queer, démissionnaires sans allocs, retraités, maltraités, chômeurs à temps partiel, vendeurs pirates de DVD à la sauvette, sur-diplômés en dispomobilité, trieurs de nuit, de zinc et autres dénicheurs d’encombrants sauvages, travailleurs sociaux en crise de remise au travail, inteRMIttents, précaires, pères, mères, enfants n’hésitez pas à y trainer vos parents.

PDF mobilité européenne

Written by cafard93

8 mai 2010 at 5:01

Lettre ouverte aux Pôle Emploi fermés

leave a comment »

Depuis lundi 3 mai, la grève des chômeurs a commencé dans plusieurs villes de France.

Mardi 4, à Rennes, la direction régionale de Pôle Emploi a été occupée par une quarantaine de chômeurs et précaires. Après de nombreuses heures de négociation, la direction a fini par concéder le début d’une reconnaissance d’un droit de grève des chômeurs en considérant la participation à la grève comme « motif valable d’absence à convocation ».

La situation en Île-de-France est toute autre. Lundi, alors qu’une centaine de personnes occupaient la salle de réunion du siège national de Pôle Emploi, celle-ci a choisi comme seule forme de contact d’ordonner l’expulsion manu militari des occupants. Conformément à la politique de la « maison », les flics ont refusé toute sortie collective pour obliger les occupants à un suivi très individualisé jusqu’aux fourgons de police. Après les quatre heures de contrôle d’identité, toutes les personnes ont été libérées a priori sans sanction ni radiation, mais malgré le soutien des syndicats de Pôle Emploi, la direction laisse planer la menace d’une plainte pour trop perçus de champagne…

Mardi et mercredi, à Montreuil, un piquet de chômeurs et précaires s’est tenu tout l’après-midi dans la rue piétonne. Chaque jour, des visites collectives ont été effectuées en direction des deux antennes Pôle Emploi pour informer allocataires et salariés de la grève en cours. Chaque jour, le même scénario hystérique s’est répété : dès que l’allocataire se voyait démasqué comme chômeur gréviste à la sortie du premier tract ou de la première parole articulée à haute voix, la direction lançait ses vigiles en tous sens pour fermer toutes les issues et hurlait au retrait des agents.

La direction s’emploie a empêcher toute relation, toute discussion avec les agents. Comme nous, elle pense que nous avons beaucoup de choses à nous dire et à échanger concernant la fusion des Assedics et de l’Anpe, concernant les logiques de contrôle et de management dont nous sommes les sujets, d’un côté et de l’autre du guichet.

La fermeture des Pôle Emploi n’est pas notre fait mais bien celui de la direction. Chômeurs en grève, nous avons le temps et nous passerons quotidiennement jusqu’à ce que les Pôle Emploi restent ouverts lorsque nous y viendront pour informer allocataires et salariés des agences, pour débloquer collectivement des dossiers ou afficher dans les panneaux réservés aux collectifs de chômeurs.

En attendant, nous invitons les agents à venir nous rencontrer au piquet des chômeurs en grève installé sur la rue piétonne à deux pas.

Agent du Pôle, même derrière ton guichet, tu restes un chômeur.

PDF lettre poles fermés

Written by cafard93

6 mai 2010 at 5:18

Et si on inventait la Grève des Chômeurs ?

Piquet de grève à Montreuil du 4 au 9 mai
Les mexicains appellent ça un « planton », ils visibilisent leurs luttes comme ça. Nous, on appellerait ça « piquet de grève de chômeurs et de précaires ». On y sera installé, avec du café, du thé, des tracts, des affiches, de quoi écrire et dessiner. On y tiendra des permanences d’autodéfense sociale, on lira ensemble des textes ; on pourra approfondir par l’enquête de rue l’hypothèse de la grève des chômeurs, improviser des visites à plusieurs dans les institutions qui nous gèrent, organiser un banquet de rue…

Du mardi 4 au samedi 8 mai : piquet de grève tous les jours de 14h à 19h dans la rue piétonne, rue du Capitaine Dreyfus, M° Croix de Chavaux.

  • Mardi 4 mai : à 20h30 projection de Busqueda Piquetera, film sur des chômeurs en lutte dans la banlieue de Buenos Aires, au 28 rue Carnot, M° Croix-de-Chavaux. Entrée libre.
  • Mercredi 5 mai : Sur le piquet de grève, c’est la journée chômée des enfants.
  • Jeudi 6 mai : Après le piquet, c’est l’apéro des chômeurs à 18 heures au 28 rue Carnot.
  • Vendredi 7 mai : Après le piquet, c’est le banquet des chômeurs à 20h30 rue du Capitaine Dreyfus.
  • Samedi 8 mai : Le piquet des chômeurs en grève continue.
  • Dimanche 9 mai : BAL DES CHÔMEURS HEUREUX D’ÊTRE EN GRÈVE, RDV 16h rue du Capitaine Dreyfus pour partir en déambulation jusqu’au bal place de la Fraternité, M° Robespierre
  • Mardi 11 mai : CAFé des CAFards comme chaque mardi de 17h à 19h au 9 rue François Debergue, M° Croix de Chavaux. À Montreuil, des CAFards – ayant-droits de la CAF, de Pôle Emploi, de la CPAM, du CCAS – se sont associés pour faire face collectivement à ces administrations.
  • Vendredi 14 mai : RÉUNION PUBLIQUE À 19H À LA BOURSE DU TRAVAIL DE MONTREUIL, Métro Croix-de-Chavaux. «Chômer et s’organiser à Montreuil, perspectives pour une grève des chômeurs et précaires.»

PDF piquet chômeurs montreuil

Written by cafard93

4 mai 2010 at 5:18

Appel à la Grève des Chômeurs

NI EMPLOI FORCÉ, NI CULPABILITÉ, NI MANAGEMENT
GRÈVE DES CHÔMEURS

On en a marre de la culpabilisation et de la mise au travail forcée.
Nous avons besoin d’inventer ensemble une grève des chômeurs, une grève de tous les précaires.
Nous appelons à commencer dès le 3 mai.
Ce n’est pas parce que nous n’avons pas d’usine où nous retrouver qu’on ne va pas s’organiser.

Mais ce serait quoi une grève des chômeurs ?

Ça commencerait par un mouvement de refus. Refus de nous laisser harceler, mobiliser, culpabiliser, insérer de force. Les réformes de Pôle emploi ou du RSA cherchent à nous coincer, un par un, pour nous faire accepter des emplois de 10h par semaine payés une misère dans les secteurs les plus difficiles. Il faudrait accepter n’importe quel travail sous peine de perdre une allocation de survie. Et qu’en plus nous soyons reconnaissant. Devrions-nous avoir honte de ne pas savoir nous vendre à n’importe quel employeur, honte de ne pas vouloir déménager pour un boulot, honte de ne pas accepter tout et n’importe quoi, de ne pas plier, en somme, devant la raison économique ?

Pas de honte qui tienne : franchement nous avons mieux à faire. Nous avons mieux à faire que chercher des emplois inexistants, mieux à faire que ce que l’on exige de nous. Voilà pourquoi nous refusons d’être suivis, contrôlés, managés, culpabilisés, radiés. On renfloue les banques et on ose nous dire qu’il va falloir se serrer la ceinture. Nous serons en 2010 un million supplémentaire de chômeurs sans droits. Une fois de plus nous servirons de prétexte à des débats d’experts sur les travailleurs pauvres, qui décideront à notre place ce qui est bon pour nous.

La grève des chômeurs et précaires ce serait -dès maintenant- ne pas rester isolé, sortir des eaux glacées du calcul égoïste dans lesquelles on nous plonge. La grève des chômeurs et précaires ce serait décider ensemble d’enrayer une machine à précariser faite pour nous manager à mort.

Nous appelons tous les travailleurs précaires, les intérimaires en colère, les intermittents du spectacle et de l’emploi, les saisonniers, les stagiaires démotivés, les étudiants désorientés, les retraités en mal de revenu, les sans-papiers, les licenciés preneur d’otages, les travailleurs forcés, les volcans fraîchement réveillés à se rencontrer dans les queues des CAF et des Pôle emploi, dans la rue, partout et à s’organiser. Déjà, à Rennes, Brest, Nantes, Paris, Lorient, Montreuil, Tours, Montpellier, Bruxelles des précaires et chômeurs prennent l’initiative…

Que mille collectifs fleurissent sur les décombres du plein emploi.
Inventons ensemble la grève des chômeurs et précaires.

RDV LUNDI 3 MAI
À 11H, PLACE DE LA RÉPUBLIQUE,
TERRE-PLEIN CENTRAL

PDF appel grève des chômeurs
Lecture de cet appel en direct, par intrusion, sur le plateau d’une émission de télévision

Written by cafard93

21 avril 2010 at 4:45

Vers une grève des Chômeurs

Un peu partout en France, des chômeurs, précaires, et autres CAFards se mettent en mouvement : une mairie occupée à Brest qui appelle à l’occupation des mairies et autres bâtiments publics stratégiques et d’autres qui en font autant à Lannion, Morlaix et Rennes; de nombreuses interventions dans des Pôle Emploi et des CAF, mais aussi dans des agences ERDF et des boites d’intérim, des marches en Bretagne et autour de Marseille. Les manifestations du 5 décembre contre le chômage et la précarité à Rennes, Paris, Lyon, Bordeaux, Agen, Besançon et Marseille, s’annoncent bien.

À NOTRE TOUR, NOUS INVESTISSONS UNE ANTENNE PÔLICE EMPLOI.

Nous venons, aujourd’hui, nous approprier un temps, une agence Pôle Emploi. Nous voudrions faire de ce lieu autre chose qu’un espace d’humiliation et de contrôle, retourner sa fonction comme une peau de lapin, l’investir pour y faire ce qui nous importe. Réaménager l’espace. Partager, avec les autres allocataires et les agents, des analyses des institutions sociales et de leurs réformes. Manger, pour une fois, autre chose que des radiations dans la gueule. Repenser nos craintes, nos espoirs, nos armes. Et peut être imaginer ensemble une grève des chômeurs. Sans préavis.

CE SERAIT QUOI UNE GRÈVE DES CHÔMEURS ?

Sans doute un arrêt du travail que Pôle Emploi exige de nous : venir chaque mois pointer et nous faire interroger par Police Emploi, nous faire contrôler nos papiers aux UV comme à la préfecture, accepter des boulots de merde payés des miettes que l’état prétend « raisonnables », perdre son temps en stages de CV et de relooking, patienter des heures au 39 49 pour faire valoir nos droits. Bref, une grève pour refuser d’être produits comme victimes du chômage, statistiques à manipuler, épouvantail repoussoir à travailleurs pauvres, chair à réinsérer de gré ou de force, esprits à remotiver. C’est contre tout cela que nous occupons aujourd’hui l’usine des chômeurs, là où on met nos corps et nos esprit au travail.

INTERVENONS PARTOUT, À 3, À 20 OU PAR CENTAINES,
DANS LES PÔLE EMPLOI ET TOUS LES LIEUX QUI VEULENT NOUS CONTRÔLER :

RENDEZ-VOUS MERCREDI 2 DÉCEMBRE
À 11H PLACE DU CHÂTELET, POUR UNE OCCUPATION

ET À LA MANIFESTATION PARISIENNNE CONTRE LE CHÔMAGE ET LA PRÉCARITÉ
LE 5 DÉCEMBRE À 14H À STALINGRAD

À MONTREUIL RETROUVONS-NOUS À 13 H À L’ENTRÉE DE LA RUE PIÉTONNE
À CROIX DE CHAVAUX POUR PARTIR ENSEMBLE À LA MANIF

Nous ne voulons
ni être contrôlés ni gérés ;
ni aidés ni plaints
Nous voulons de l’argent.
Rendez-vous sur la grande grève

PDF vers une grève

Written by cafard93

25 novembre 2009 at 12:45

Nous préférons une grève des Chômeurs

Tours en rond, de rdv en rdv, de standards en standards, de formations en formations,
Allers-retours, de l’intérim au chômage, du temps partiel au RSA,
Et puis mimer la bonne volonté, la bonne foi, la vraie motivation,

NOUS PRÉFÈRERIONS PRENDRE LE FRIC,
SANS CONTRE-PARTIE

Pas tellement parce que nous préfèrons glander ou vivre des week-ends permanents,
mais parce que nous savons que si nous avions le choix, ensemble, nous ferions tout autre chose que de servir des inconnus dans des bars ou des restos,
que d’appeler chez les gens pour les emmerder avec des histoires de promotion et de services après-vente,
que de construire des nouvelles prisons ou des bâtiments qui se casseront la gueule dans dix ans.

Nous refusons le racket : si tu travailles, tu as du fric, et donc tu peux vivre.
Pas tellement parce que nous voulons une société où chacun s’ennuie à ne rien faire
Mais parce qu’à force d’orienter le travail par le fric, celui-ci est souvent devenu plus con que jamais.

Et parce que nous ne pouvons pas plus accéder directement aux moyens de production que faire de ces derniers
un usage intéressant,

NOUS VOULONS D’ABORD L’ARGENT
ET PUIS APRÈS ON VERRA

Ça peut sembler dingue,

mais ça l’est moins,

qu’imaginer un développement durable
un capitalisme humain et écologique

mais ça l’est moins,

que de continuer nos petites débrouilles
que de galèrer chacun de notre côté.

Alors quoi ?

Il nous faut des situations et des espaces où se rencontrer, où se montrer
ET EXIGER BEAUCOUP
pour que, chaque fois que nous passons par la case emploi,
nous ayons moins peur du chômage et donc de nos patrons
pour que, à chaque fois que nous allons à la CAF, à Pôle-Emploi, au CCAS ou ailleurs,
ils sachent que nous ne demandons pas la charité mais l’argent.

Nous voulons imaginer ce que serait une grève
des chômeurs,
une grève qui dirait, dans un grand rire: donnez-nous l’argent,
et arrêtez de nous prendre pour des buses, on voit que
votre contrôle et vos radiations,
c’est pour nous faire accepter n’importe quoi

MANIFESTION DES CHÔMEURS, PRÉCAIRES ET AUTRES CAFARDS
À PARIS LE SAMEDI 5 DÉCEMBRE, À 14H, PLACE STALINGRAD

PDF nous préférons

Written by cafard93

25 novembre 2009 at 12:31